Managers, écrivez un nouveau scénario !

A l’affiche en 2015, équilibre et bien-être ! Évoquer ces deux notions au travail n’est plus une vue de l’esprit mais une solution aux difficultés multiples liées à la pression et au stress. Nul excès d’humanisme mais du pragmatisme : la loi oblige à se soucier de la bonne santé des salariés, le retour sur investissement est au rendez-vous avec plus de créativité et d’innovation, une meilleure productivité, une baisse du taux d’absentéisme. Mieux vaut prévenir que guérir…
Nonobstant les remèdes (Salles de sport, espaces détente, massages, yoga, shiatsu, méditation…..) qui peuvent être efficaces, la qualité de vie au travail est liée à différents éléments :

  • L’équilibre vie professionnelle, vie personnelle
  • Le cadre de travail
  • Les pratiques du management

Intéressons-nous à ces dernières. Avant d’établir les prescriptions pour soigner les maux au travail, anticipons-les. Inutile de faire, refaire, rerefaire des formations en management si quelques principes ne sont pas ancrés dans l’entreprise. Elles risquent d’augmenter la frustration de ne pas pouvoir mettre en application les acquis. Les managers sont au cœur des 1ères solutions à mettre en œuvre. Pas si simple quand les cadres sont souvent les premiers à critiquer la façon dont ils sont managés. Ils doivent être proches du terrain, à l’écoute, mobilisateurs quand eux-mêmes souffrent d’un manque de temps et de reconnaissance et sont évalués sur la performance chiffrée de leur entité.

Aux Dirigeants de donner l’impulsion, aux Managers de relayer quelques fondamentaux : exemplarité, courage, respect. Des évidences souvent maltraitées au profit d’une course finalement peu productive. Il s’agit d’être exigeant avec soi et les autres mais aussi d’être réaliste, proactif et d’affirmer son leadership d’une manière positive et constructive.

L’exemplarité, plus qu’une valeur, un réel outil de management. Les actes parlent. Diriger une équipe, c’est montrer l’exemple des bonnes pratiques et de l’efficacité professionnelle. Respecter les règles fixées est le minimum pour les voir respecter et favoriser l’adhésion de tous tel que débuter et terminer ses réunions à l’heure, tenir ses engagements.

Attention, il ne s’agit pas d’être parfait mais d’être rigoureux, en cohérence avec les messages passés et reconnaitre des erreurs. Tout cela demande du temps. Il faut s’interroger sur sa propre gestion du temps et ses priorités pour prendre du recul, sortir la tête du guidon et rétablir des relations productives et sereines.

Le courage, non pas d’assumer ses responsabilités, mais de le faire en conscience : évaluer, écouter, oser s’exprimer, dire les choses. Désabusés, certains Managers optent pour un silence stratégique à tous les niveaux tant à destination de la Direction (qui elle-même se bâillonne trop souvent face aux actionnaires) que de leurs collaborateurs.

Oser imposer à ses collaborateurs, comme à soi-même, de la discipline et un cadre. Clarifier les règles du jeu et veiller à les faire respecter sont des composantes essentielles du Management d’équipe.
Oser alerter sur des dysfonctionnements sans crainte de voir systématiquement sa crédibilité de Manager remise en cause.
Oser dire non à des objectifs irréalistes qui impactent la motivation et génèrent du stress avant même d’être passé à l’action.
Oser parler à un collaborateur en souffrance, engager le dialogue, le diriger vers les personnes compétentes pour gérer la situation (DRH, médecine du travail).
Oser faire des pauses, se préserver. Bien travailler c’est souvent travailler moins mais mieux !

Le respect, une tarte à la crème ! Valeur rebattue, dénuée de sens pour avoir été marquée au fronton de trop d’entreprises. Les Managers craignent parfois de ne pas se faire respecter mais respectent-ils leurs collaborateurs ?

Respecter, c’est reconnaitre chacun avec ses singularités, ses compétences, sa culture. Le leader d’équipe est là pour communiquer une vision commune, créer une dynamique de travail qui fédère chacun avec ses différences et fait agir collectivement des individualités.

Respecter c’est écouter, faire preuve d’empathie, s’intéresser à l’autre, favoriser la libre-expression. C’est ménager des temps d’échanges formels ou informels pour faire un point sur les missions et ambitions de chacun, donner du feed-back, informer. C’est aussi être pédagogue.

Respecter c’est accompagner. L’autonomie oui, elle favorise les prises d’initiative et le développement professionnel. L’abandon non. Être leader, c’est être un support pour ses collaborateurs confirmés ou non. Une étude de EDHEC NewGen Talent Centre© (lien) montre que de jeunes talents calibrés, génération Y réputée friande d’autonomie, regrettent le manque d’accompagnement, de tutorat ou de mentoring à leur arrivée dans l’entreprise.

Passage obligé d’une évolution professionnelle ou mission choisie, le management ne se décrète pas. Il faut acquérir des compétences pour savoir faire-faire, mais aussi se connaître, être en confiance, être authentique, ouvert et tourné vers les autres. Écrivons un nouveau scénario, modélisons un management pour (re)découvrir le plaisir d’accompagner, de développer, de faire grandir. Les résultats pour l’entreprise et le bien-être pour les collaborateurs seront au rendez-vous.