De quel pied vous levez-vous le matin ?

7H : le réveil sonne. Je saute de mon lit tandis que France Info diffuse en flot continu les mauvaises nouvelles du jour, et déjà défile dans mon cerveau la liste des choses à faire, des choses que je n’aurai jamais le temps de faire, la réunion importante, le projet qui rencontre des difficultés… Bref ! Les mille et un agacements potentiels…

Mon cœur s’accélère. Déjà je sens ces tensions bien connues dans ma mâchoire et mes épaules. Le pli entre mes sourcils se met en place, je le crains, pour la journée…

Et… si on changeait le scénario ?!

Ces mini-stress – pensées négatives, changements de rythmes soudains, manque d’écoute de son corps et de ses besoins – émaillent bien souvent nos journées. Ils n’ont rien de redoutable pris séparément, mais leur accumulation grignote peu à peu notre bonne humeur, notre tonus et notre adaptabilité.

A l’heure où 3 salariés sur 4 s’estiment concernés par le stress et où 50 à 75% des consultations chez le médecin sont liées à des problématiques de stress, il devient urgent d’agir pour rétablir l’équilibre.

Que diriez-vous de commencer par notre réveil-matin ?

6H45 : le réveil diffuse une lumière progressive tandis que la musique relaxante que j’ai choisie la veille vient me sortir doucement du sommeil. J’ai 15 minutes devant moi… Bonheur !

Un sourire aux lèvres, je commence par bâiller, m’étirer comme un chat. Puis je pose mes mains sur mon ventre et porte mon attention sur ma respiration : j’imagine que mon ventre est une vague, qui se gonfle et se dégonfle, et que mes mains sont une barque qui se laisse porter à la surface de l’eau. Le temps s’étire…

Doucement, je déplace mes mains sur mon plexus cardiaque, au centre de ma poitrine. Je perçois les battements de mon cœur. Peu à peu, je cale ma respiration sur un rythme très régulier : 5 secondes pour l’inspir, 5 secondes pour l’expir, en continu, sans apnée. Cette respiration est appelée respiration de Cohérence Cardiaque. Testez-la !

Les recherches en neurosciences ont montré que, comme toutes les méthodes de relaxation, cette respiration active le système nerveux parasympathique qui est au système sympathique ce que le frein est à l’accélérateur : un régulateur précieux dans notre monde de vitesse et de sollicitations permanentes ! En quelques minutes, l’activité cérébrale se déplace du lobe frontal droit (associé à la tristesse, l’anxiété) vers le lobe frontal gauche (associé aux sentiments de bonheur, d’excitation, de joie, de vivacité). Le cerveau émotionnel, déclencheur de la production d’adrénaline et de cortisol en situation de stress, se met en harmonie avec le cerveau cognitif, qui permet de prendre du recul, analyser, dédramatiser les situations.
Cet état d’équilibre et de circulation fluide des informations est nommé état de «flux». Il signe l’harmonie entre nos pensées (plus positives), nos émotions (plus agréables) et nos actions (plus efficaces). Et on peut y accéder en quelques minutes seulement ! Dommage de s’en priver, non ?

Dans cet état de détente fluide, je laisse venir des pensées résolument positives : j’évoque avec plaisir quelques bons moments vécus la veille, je visualise avec gourmandise ceux qui m’attendent aujourd’hui, je m’autorise même à imaginer des situations qui m’inquiètent un peu se déroulant de manière très positive !

Il s’agit d’identifier les pensées qui sapent notre énergie et de choisir résolument les pensées constructives qui nous mettent dans de bonnes dispositions pour affronter nos défis quotidiens. Le cerveau a une plasticité naturelle : les pensées que nous lui proposons le remodèlent constamment, et le rendent réceptif à ce qu’il envisage déjà. Comme le dit le psychologue William James : «Notre vision du monde dépend vraiment de ce que nous choisissons d’entendre».

6H57 : il est temps de me lever. Je m’étire et bâille de nouveau, puis m’assieds tranquillement sur le bord de mon lit. Je sens l’ancrage de mes pieds bien à plat sur le sol, le déploiement de ma colonne, l’alignement de ma tête dans l’axe de mon corps. Je me lève et prends le temps de sentir la stabilité et l’équilibre de ma posture, l’état de calme et de vitalité qui est le mien à cet instant : j’ai l’impression d’avoir rechargé mes batteries pour toute la journée !